PARKING .C

 

 

……….

RESTAURANT DU CAMPUS DE L’ENSAM, ANGERS

Réhabilitation des bâtiments G, H et Q pour la création du restaurant universitaire du campus, et du foyer des étudiants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maître d’Ouvrage :  ENSAM, PARISTECH de ANGERS
Architecte : CIL ARCHITECTURE
Ingénieurs : CORETUDE fluides
Surface : 580 m2
Chantier en cours

………

 

MAISON DE SANTE SIMONE VEIL

Réalisation d’une maison de santé pluriprofessionnelle regroupant 20 cabinets médicaux, un centre de conférence et une cuisine pédagogique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maître d’Ouvrage :  Ville de CESSON (77)
Architecte : CIL ARCHITECTURE (mandataire ) et GRAMME associés
Programme : 20 cabinets médicaux, un centre de conférence et une cuisine pédagogique
Surface : 850 m2

La maison de santé Simone Veil occupe une vaste friche industrielle de 900 m2 situé dans le centre bourg. Le bâtiment fut construit dans les années 70 et a hérité de l’époque la rationalité de sa trame constructive en poteaux poutres béton. L’espace bénéficie d’un bel éclairage naturel apporté par les 16 skydômes et d’une grande hauteur sous plafond.

Le projet consiste à y créer 20 cabinets médicaux organisés en deux pôles et un centre d’accueil et de formation pédagogique. Une vaste salle de réunion  pouvant recevoir 30 personnes et une cuisine conviviale et d’usage y créent un centre d’échange et de vie pour l’établissement.

Pour cela le bâtiment a entièrement été vidé en son intérieur pour y organiser ce programme exigeant. Les locaux d’usages communs, techniques et d’archives sont situés dans une construction ajoutée sur la terrasse.

Les espaces intérieurs sont aménagés selon un schéma fonctionnel clair permettant la circulation de la lumière naturelle entre les différents cabinets par un jeu d’impostes vitrées en vis-à-vis. L’aménagement intérieur privilégie le confort d’usage, l’éclairage naturel des locaux, et la qualité des espaces en préservant la grande hauteur sous plafond existante.

Les façades sont entièrement déposées et des murs percés de grandes baies sont créés. L’ensemble est enveloppé de lames de verres translucides qui donnent au futur établissement une image fraîche et renouvelée. L’emploi des lames de verre en façade renvoie à la fonction du bâtiment et crée une trame fine opalescente qui fait écho aux occultations intérieures. Cette peau en verre présente une silhouette évanescente au cœur de la ville et signale le bâtiment.

……….

CENTRE CULTUREL CAMILLE CLAUDEL, LA VILLE AUX DAMES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maître d’Ouvrage :  la Ville aux dames
Architecte : CIL ARCHITECTURE
Ingénieurs : ADX structure, CORETUDE fluides
Surface : 550 m2
Inauguration septembre 2016

Le centre culturel Camille Claudel est situé dans un vaste jardin planté, à quelques mètres des bords de Loire. C’est un  bâtiment public dédié aux enfants comportant une série de salles de classes et d’activités s’ouvrant sur une pelouse de jeux. La silhouette  du bâtiment présente une ligne d’horizon basse pour respecter le site et le contexte urbain peu dense du paysage des bords de Loire.

Le plan du bâtiment s’adapte et se « plie » en fonction du site et des contraintes du lieu : respect des marges de recul, contournement des arbres existants qui sont conservés, et respect des préconisations en zone inondable. La volumétrie du bâtiment laisse entièrement lire la composition intérieure des espaces. Ainsi le volume faisant saillie dans la façade arrière correspond, en extrusion, au volume nécessaire pour les bancs des enfants. Toutes les salles s’ouvrent au sud sur le jardin par de larges baies vitrées, et la circulation au nord s’ouvrent sur les parties ombragées du site.

Construit en maçonnerie traditionnelle et charpente bois, le bâtiment offre aux enfants des espaces intérieurs vastes, clairs et largement ouverts sur le parc environnant. Les espaces intérieurs laissent apparents les matériaux de construction : parpaings peints, poutres bois apparentes et bac perforé acoustique en plafond.

En façade, le centre culturel s’habille d’une peau épaisse et rugueuse d’un bleu intense. La teinte bleue souligne la silhouette découpée du bâtiment et dialogue avec les dégradés de verts de la végétation. Il distingue et qualifie le centre culturel, vite approprié par les enfants.

Une coursive translucide joue le rôle de lien entre les différents bâtiments du site et le jardin. C’est une large circulation baigné d’une lumière douce qui constitue un préau fermé donnant sur le jardin. La coursive est réalisée en structure bois sur laquelle viennent se fixer bardage et couverture en polycarbonate.

Si la vue des arbres est omniprésente au sein du bâtiment, La peau bleue du centre culturel lui confère une présence singulière et attractive dans le jardin, une « personnalité » remarquable dans la ville.

……….

SALLE POLYVALENTE SODBURY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONSTRUCTION DE LA SALLE SODBURY
 Maître d’Ouvrage : ville de CESSON
Architecte : CIL ARCHITECTURE
Ingénieurs : B.I.I.C. structure, CORETUDE fluides
Surface : 1 080 m2
Inauguration : 01.2018

La salle polyvalente Sodbury prend place au centre d’un vaste jardin sur d’anciennes terres agricoles en Seine et Marne. Le bâtiment à la volumétrie simple est construit en béton et en verre. Sa silhouette épurée se présente sous la forme d’un prisme de verre de 45 mètres de long par 9 mètres de large, encadré de deux volumes monolithiques.

La salle principale est destinée à accueillir des évènements : diners, spectacles ou exposition.

Elle est traversante et s’ouvre sur le jardin ; tandis que les fonctions annexes (espaces d’accueils, office traiteur et stockage) sont groupées dans des volumes en béton blanc, contrastant avec la transparence de l’espace central. Ils cadrent et soulignent l’espace vide de la salle par leur densité et leur opacité.

Les façades principales du bâtiment sont très largement vitrées. Selon l’angle de vue et l’orientation du soleil elles peuvent offrir une complète transparence sur la salle, ou se transformer en vastes miroirs reflétant la végétation du jardin.

La façade arrière est quant à elle couverte d’une tôle métallique industrielle. Elle prolonge le rythme vertical des façades rideau, dans une économie de moyens.

Flottant sous la charpente métallique, un plafond acoustique en lattes de bois occupe la hauteur du volume de la salle par sa surface brisée. Il crée un paysage inversé dans la salle, un horizon bas ondulant.

Le plafond acoustique est composé de facettes triangulaires en lattes de bois blond présentant un relief géométrique variable. Sa conception, guidée par la modélisation acoustique de l’espace,  a pour objet de créer une ambiance sonore propice aux évènements musicaux.

Le projet réside alors dans un dialogue entre ces trois éléments : un écrin vert dans lequel repose un prisme de verre « habité » d’un plafond suspendu en bois. Ils jouent de transparence et de géométrie, le relief du plafond faisant écho à celui mouvant du jardin.

MAISON DE L’ENFANCE DE MIGENNES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maître d’Ouvrage :  Ville de MIGENNES ( Yonne )
Maîtrise d’oeuvre : CIL ARCHITECTURE ( mandataire )  + LAPS
Bureaux d’étude : CORETUDE BET fluides et thermie , GI2S BET structure
Localisation : quartier des Mignottes à Migennes
Surface : 600 m2

La maison de l’enfance de Migennes prend place sur un site vierge dans les hauteurs de la ville, peu qualifié urbainement et au centre d’un ensemble de barres de logements construites dans les années 70. Le bâtiment réunit deux programmes différents autour d’un hall et un patio commun : un centre culturel et une crèche  multiaccueil. Il est destiné à devenir un lieu de vie et de jeux pour les enfants du quartier.

Au sein de ce quartier spatialement déstructuré, et dans lequel les grands ensembles se posent de manière aléatoire, nous avons décidé d’aligner les façades du bâtiment aux rues nouvelles pour souligner les voies, et structurer l’angle des rues.

Prolongeant ce souhait de consolider la structure urbaine du quartier, les façades de la maison de l’enfance sont réalisées en panneaux stratifiés de teinte neutre pour « diluer » le bâtiment dans son environnement, en opposition aux bâtiments-objets alentours. Les façades en panneaux stratifiés sont également une décision de la mairie et le fruit d’un compromis entre les différents et nombreux intervenants du projet.

Loin de tout formalisme, la volumétrie du bâtiment est alors le résultat de choix urbains et architecturaux contextuels.

Les deux programmes (crèche et accueil de loisirs) s‘organisent donc autour du patio et d’un hall commun. Ils déploient des « bras » de part et d’autre de l’entrée en ménageant une ouverture sur le paysage alentours. Le bâtiment est construit en charpente et murs préfabriqués en bois, assemblés sur site en peu de temps. Cela a permis d’optimiser la durée des travaux, d’offrir aux espaces une belle hauteur sous plafond tout en maintenant apparente la charpente en bois.

La configuration du bâtiment en fer à cheval, et la faible épaisseur du gabarit construit permettent au regard de traverser le bâtiment et de l’inscrire dans son quartier. Les façades percées de larges ouvertures à hauteur d’œil, permettent au regard de créer des vues diagonales dans l’établissement.

Il en résulte un « objet architectural » à la simplicité affirmée, guidé par des choix programmatiques et urbains clairs : consolider la structure du quartier en créant un lieu de vie ouvert sur son quartier.

……….

HALLE DE COUVERTURE DU M.I.N. DE LOMME

CIL ARCHITECTURE sous-traitant

 

MIN_axono ensemble

 

MIN_photo 1

 

MIN_photo 2

 

MIN_photo 3

 

Maître d’ouvrage :  Communaute urbaine de Lille
Maîtrise d’oeuvre : Explorations Architecture mandataire / CIL ARCHITECTURE sous-traitant
Bureaux d etude . RFR , Ingenierie studio
Localisation : Lille, Nord
Surface : 20 000 m2
Budget : 6 M E HT

Le Marché d’Intérêt National (MIN) de la Région de Lille est le 2ème marché en fruits, légumes et fleurs en France après Rungis. C’est une plateforme agroalimentaire de très grande envergure au nord de Paris.

Le projet consiste en la construction de quatre « Couvertures » destinées à couvrir les quelques 20.000m2 d’aires logistiques du MIN.  Ces couvertures en structure arborescente se rapprochent d’ouvrages d’art par leur échelle, leur technicité et leurs portées.

……….

IME MAIA, Paris

Création de l’Institut Médico-Educatif MAIA pour enfants autistes à Paris, 12 ème

Maia_pict-1

Maia_pict-2

 

Maia_pict-3

 

Maia_pict-7

 

Maître d’ouvrage :  Association « Les amis de Pénélope »
Maîtrise d’oeuvre : CIL ARCHITECTURE et Caroline Borel associée
Bureaux d’étude : NOVOREST cuisiniste, Mme Simonin acousticienne, ADLCE structure
et BETHAC  fluides
Localisation : rue du docteur Arnord Netter, Paris 12ème
Surface : 700 m2  /  Budget : 1.1 M E HT

L’institut Médico Educatif MAIA est une école pour enfant autistes située à Paris 12ème. Elle occupe un espace en rez-de-chaussée de 500 m2 et accueille 16 enfants autistes encadrés par une équipe de 30 personnes.

L’école est un centre expérimental dont les espaces ont été conçus et programmés en coordination entre l’association et CIL ARCHITECTURE.
Les aménagements intérieurs se composent de trois salles de classes, une salle de restauration avec office de réchauffage, des salles de travail personnel, une salle de sport, l’administration et le patio de jeux.

L’aménagement intérieur est réalisé par des larges parois vitrées fixes ou coulissantes qui ouvrent les espaces entre eux. Des baffles acoustiques suspendues au plafond rythment les différents espaces qui personnalisés et différenciés par des « objets architecturaux » particuliers.

PATINOIRE DE TROYES

Construction de la patinoire de Troyes et réhabilitation d’un ancien séchoir en logement et bureaux / SOUS-TRAITANCE

patinoire_1

 

patinoire_2

 

patinoire_3

 

patinoire_4

 

patinoire_5

 

patinoire_6

 

patinoire_7

 

patinoire_8

 

patinoire_10

 

patinoire_11

 

patinoire_12

Maître d’Ouvrage : Communauté d’Agglomération Troyenne
Architecte : Explorations Architecture mandataire, CIL sous-traitant
Surface : 3 500 m2 SHON
Budget : 4 200 000 €.HT
Projet livré en 2008

 

La patinoire s’inscrit dans un programme de reconversion d’un ancien site industriel de l’agglomération Troyenne. Elle est constituée d’une halle de glace adossée à un vieux bâtiment en pierre, qui abrite les vestiaires, l’administration et un logement de fonction.

La halle de glace est un vaste espace construit en structure métallique dont la couverture est plissée en sheds de dimensions variables. Elle est ponctuée en façade par des excroissances couvertes de cuivre naturel qui forment des alcôves ouvrant la salle sur le paysage.

La piste de glace peut recevoir des compétitions internationales. Un gradin retractable, situé sur un coté de la piste, se déplie lors des manifestations publiques.

L’enveloppe de la halle de glace est réalisée en polycarbonate translucide posé sur une membrane réfléchissante. Elle évoque par sa matérialité et sa forme l’histoire du site et les architectures éphémères qui abritaient des manifestations ludiques dans les villes.

Le rythme des sheds rappelle le passé industriel du terrain tandis que les volumes immergeant réchauffent la peau métallique du bâtiment et offrent une variation de reflets dorés sur l’enveloppe argentée de la halle.

L’espace intérieur présente une vaste toiture métallique à la géométrie souple couvrant la piste de glace. Les alcôves situées en périphérie de la piste sont peintes en jaune vif. Elles accueillent les fonctions annexes du bâtiment, apportent la lumière naturelle et constituent un point de vue sur les canaux alentours.

……….